Nous

Mais comment a-t-on pu en arriver là ?

Solucracy, ce n'est pas qu'une méthode, c'est une aventure ! Une expérience humaine incroyable nourrie au sang, à la sueur, aux larmes (de joie) et à l'enthousiasme.

Tout a commencé en Octobre 2013, quand Yannick s'est dit que finalement, la nécessité de prioriser les demandes des clients pour améliorer le logiciel de planification du personnel sur lequel il travaillait, était la même pour une collectivité.

Il s'est dit aussi que ça pourrait être intéressant de les géolocaliser. Et donc, plein d'entrain, il a décidé d'apprendre à programmer pour créer une application web qui permettrait aux citoyens de renseigner les problèmes du territoire et de voter pour ceux qui les impactent. Cette application web s'appelait au début Democracia.fr.

Plein de gens ont participé à Democracia sur divers sujets, et le site a été retravaillé plusieurs fois pour être de plus en plus joli, de plus en plus efficace et de plus fourni en fonctionnalités.

D'ailleurs, si vous êtes motivés, vous pouvez trouver le code ici.

Et un jour, Yannick a décidé de quitter son emploi pour se consacrer à plein temps au projet. Et donc fin juin 2018, il était temps de passer à la vitesse supérieure.

Après 2 jours de formation sur l'économie de la contribution, et un atelier pour réfléchir à la meilleure manière de vivre de tout ça, le constat est sans appel : le fait d'utiliser uniquement une application web met trop de citoyens de côté.

La décision est prise : il vaut mieux créer quelque chose qui fonctionne sur le terrain sans l'aide du numérique, et si nécessaire, de booster cette méthode par des outils numériques.

Le nom de la méthode est trouvé par Klaus Roehrich à Pangloss Labs, elle s'appellera Solucracy .

En décembre 2018 débute le premier projet pilote dans le village de Leaz, avec l'aide de Stephan Krajcik, Paloma Grasser et Nicolas Pidoux.

Ce projet permet de documenter la première version de la méthode, et d'évaluer les coûts inhérents à un tel projet.

Le 11 mars 2019, Yannick rencontre Judith aux rencontres nationales de la participation citoyenne à Grenoble. Après quelques minutes de conversation, tous deux se rendent compte qu'ils sont en train de développer exactement la même chose.

Parce qu'ils sont parfaitement conscients que l'heure n'est plus à la compétition, la concurrence et le travail en silo, ils décident d'unir leurs forces !

Judith, après quelques sessions de travail, faisant preuve d'une abnégation digne d'une héroïne de Marvel, décide de mettre de côté son projet Commun'action sur lequel elle travaillait depuis 6 mois et de rejoindre Solucracy. Ce qui lui vaut automatiquement une gratitude sans bornes de la part de Yannick.

Et depuis, Solucracy grandit, soutenu par ce duo de choc, qui accorde une attention toute particulière à prendre soin des humains avec qui ils collaborent.

The end.

AhAAh NON ! Même pas the end, vous n'avez encore rien vu !

Et d'ailleurs, Solucracy est depuis une association :-)

 

Consulter les statuts